VIVRE
Bonjour et bienvenue sur Vivre.

Tu as de la chance d'être arrivé au centre.
Nous n'attendons que toi pour jouer un ado à problèmes gentil ou révolté ou un membre du personnel, dévoué ou non!
A moins que tu ne préfères prendre l'une des nombreuses places d'un habitant de la ville?

Inscris-toi vite!


Bienvenue Invité sur ce Forum de Jeu de Rôle
 
Le Centre recherche des psychologues, des médecins et des adolescents

Partagez | 
 

 Stanislas Markov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stanislas Markov

Psychologue
avatar


Interventions : 9
Coté coeur : célibataire qui recherche un homme

MessageSujet: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 1:04


Stanislas Markov





Bonjour! Je m'appelle Stanislas mais mes amis me surnomment gamin. Je suis né(e) à Moscou (Russie) le 17/03/1996 et de ce fait j'ai donc 21 ans. Côté cœur, je suis gay et célibataire. Je suis un(e) Psychologue et je peux enseigner la musique. Je suis une personne humble, aidante, cultivé, mais aussi sarcastique, observatrice et curieuse. Curieusement, je ressemble beaucoup à Matthew Gray Gubler.



Ma naissance avait été spéciale, vraiment très spéciale. Ma mère avait été au courant pour notre venue. Oui, je n'étais pas tout seul à venir au monde. Et certes, cela lui avait fait un grand choc, a elle ainsi qu'a notre géniteur et tout le reste de la famille d'ailleurs. C'était assez inédit et cela demandait beaucoup de responsabilité. Il fallait une grande maison, assez d'argent et surtout du courage. Je vous vois venir, avec vos "oh c'est bon, juste pour des jumeaux". Ouai, ba non. On n'était pas que deux. Ni trois. Ni quatre. On devait être douze. Encore heureux que notre père avait un boulot assez bien payer et que notre famille pouvait recevoir des aides, sinon, on aurait tous été donné a l'adoption.

Notre mère nous avait éjecté les uns a la suite des autres. Misha, Leonty, Avgousta, Dusha, Boleslav, Olovian, Nikita, Favsta, Gema et Petronia. Tous de faux jumeaux. Puis, il y avait eu nous deux, les derniers, les coller, les siamois. Stanislas et Sergey. On était les plus fragiles et on était accroché l'un a l'autre par notre jambe gauche. Plus précisément, c'était sa jambe gauche, moi, je n'avais rien du tout de cette jambe. Lui, il avait deux mains tandis que mon bras gauche se terminait a mon coude. On avait chacun nos propres organes. De nous deux, j'étais considéré comme étant le plus faible physiquement parlant. Sergey n'avait eu aucun problème pour tenir assis. Mais moi, je ne pouvais pas, je devais m'appuyer sur mon frère, enfin jusqu'à la création d'un corset pour me faire tenir droit. De nous deux, c'était Sergey qui pleurait le plus. J'étais le boulet qu'il devait se trimballer, ni plus, ni moins. Marcher debout avait été le plus compliqué. Nos frères et soeurs s'étaient légués pour nous mettre debout, unis comme jamais. Sergey me tapait tout le temps dessus parce que c'était moi qui tombais et qui l'entraînait a terre tout le temps. Je jalousais beaucoup les autres pour avoir un corps normal, moi, il me manquait une jambe et la moitié d'un bras, ce que je trouvais injuste. J'ai dû avoir une béquille pour que nous puissions enfin marcher, en plus de garder le corset h24. Quand je dis que j'étais le boulet, j'étais vraiment le boulet.

Puis une nuit quand nous avions trois ans, quelque chose m'avait réveillé, une étrange sensation. J'avais la tête à l'opposé de mon frère puisque j'étais de travers. J'ai senti que quelque chose n'allait pas, Sergey n'allait pas bien. Je m'étais mit à pleurer et a appelé nos parents, ces derniers avaient débarqués en un temps record et je leur avais expliqué que mon frère n'allait pas bien. Et c'était vrai, sa respiration était bizarre. On nous avait conduits a l'hôpital par une ambulance, notre mère était monté avec nous, papa devait trouver quelqu'un pour garder les autres de la fratrie. On avait dû me shooter parce que je faisais une crise de panique, mon siamois n'allait pas bien et j'avais peur qu'il parte surtout qu'il ne se réveillait pas. On nous avait fait passer plein d'examen. Et le résultat avait été sans appel. Je tuais mon frère. Ils ne l'avaient pas dit de cette manière, mais cela voulait dire la même chose. Je pompais l'énergie de mon frère, je réduisais ses défenses, le tuant petit à petit. Le seul moyen de le sauver, c'était de nous séparer. Ce qui était drôle là-dedans, c'était que l'opération pouvait me tuer. Cela revenait à dire : "Lequel des deux vous préférer garder ?". Et la réponse avait été Sergey. Oh, je ne m'étais pas fait d'illusion, même a cet âge-là. J'ai toujours eu plus d'intelligence que ma fratrie, que mon siamois. Et j'ai toujours su ce que les autres ressentaient a mon égard. Sergey pouvait vivre et moi mourir, je l'acceptais pleinement.

L'opération s'était très bien déroulé, aucun de nous deux était mort. Mais voilà, il y avait eu un hic que j'étais le seul qui avait remarqué. Sergey allait très bien, aimant la séparation, il pouvait marcher tout seul, se déplacer comme il le souhaitait. Mais moi. Qui avait pensé a ce qui allait se passer si je survivais a l'opération ? Je n'avais plus l'appuie de la jambe de mon frère. Même avec un corset, je ne tenais plus assis car je penchais et finissait par tomber sur la gauche, puis, je ne pouvais pas vraiment me tenir parce que je n'avais pas de main de même côté. Là où il y avait eu la jambe de Sergey, il y avait un vide glacial. Je ne pouvais pas être autonome. Certes, j'utilisais mon moignon gauche comme je le pouvais, mais il y avait pleins de choses que je ne pouvais pas faire tout seul. Les médecins nous avaient parlé de prothèses, une jambe gauche ainsi que le bout manquant de mon bras gauche avec une main. J'avais été tout content de cette proposition, mais mes parents avaient dit non. Avec 12 enfants à nourrir, payer des prothèses et la rééducation, c'étaient trop chers. Prendre un fauteuil roulant avec un système de corset intégré, c'était moins cher. Mais c'était pire dans mon point de vue. Car avec mon moignon, tourner une roue c'était mission impossible surtout que je me faisais des brûlures de malades et avancer avec une seule roue, c'était impossible. Alors, je devais attendre que papa ou maman me pousse tandis que mes frères et soeurs marchaient plus loin, que Sergey marchait.

Le pire avait été quand on allait au parc. Je restais à côté du banc avec mes parents, jouant avec une console, enfin galérant à jouer avec une main tandis que j'essayais de tenir la console avec mon moignon. On mettait tout le temps une couverture sur ma jambe et celle que je n'avais pas. Parce que sinon, je faisais peur aux autres. Déjà qu'avec seulement mon moignon de visible, les gens me regardaient comme si j'étais une bête de foire. Alors avec une jambe en moins, cela risquait d'être pire. Mais quand j'arrêtais de jouer et que je levais la tête, je finissais par voir Sergey qui ne me ressemblait pas, courir et jouer avec les autres. Je le voyais heureux, je le voyais se faire des amis. Personne n'avait pensé à moi dans cette histoire, la preuve était visible. Seul le bonheur de Sergey comptait. Je n'étais qu'un petit russe handicaper, coincer dans un fauteuil roulant. Chaque année, même si je savais qu'il n'existait pas, je demandais au père noël des prothèses. Et a chaque fois, j'avais des jouets.

L'heure de l'école avait fini par sonner et là c'était devenu pire. J'étais le seul de ma classe, non, de l'école a être en fauteuil roulant. J'étais tout au fond de la classe avec une table spéciale, plus haute pour aller avec mon fauteuil. Mes camarades me regardaient bizarrement et je faisais même peur a quelques-uns. J'étais tombé dans la même classe que la moitié de mes frères et soeurs, Sergey compris. Au début, ma fratrie excepté mon ex-siamoi passait du temps avec moi lors des récréations internes. Puis, cela s'était fait de plus en plus rare. Si bien que je finissais par regarder les autres jouer, dans mon coin, m'ennuyant royalement, m'imaginant être avec eux. Une fois que j'avais appris, étrangement vite, a lire, je demandais a la maîtresse des livres a lire pour m'occuper. Je voulais parler aux autres, mais je ne le pouvais pas. Je ne pouvais pas aller a leur rencontre car j'étais bloquer dans ce fauteuil que je ne pouvais pas déplacer. La honte suprême s'était de devoir aller aux toilettes, parce que je devais être accompagné ainsi qu'aider.

Toute ma primaire s'était passé comme ça. Il fallait rajouter le fait que j'étais le premier de la classe, j'apprenais très vite et j'aimais apprendre. Mais je m'étais vite lassé à cause du faible niveau, si bien que les deux dernières années, je n'avais plus travaillé. J'avais arrêté de demander au père noël ce que je désirais a huit ans, comprenant que mes parents n'allaient jamais m'offrir mes prothèses. Ma voix avait cessé de résonner dans la même période, arrêtant de parler, rentrant dans un long mutisme. Et je n'étais toujours pas autonome. On avait fini par me mettre des couches parce que je ne signalais pas quand je voulais aller aux toilettes. Je déprimais dans mon coin et ma famille le savait.

Et un beau jour, vers mes onze ans, Andrew Bishop, un American, était venu frapper a la porte de notre maison. Il s'était dit intéresser par moi. Il travaillait dans les prothèses et il recherchait des gens de tout âge ayant des membres manquant pour faire les tests. Et bien sûr, si les prothèses étaient concluantes avec mon anatomie, je pourrais les garder. C'était tout ce que je retenais au finale. Moi avec des prothèses. Alors, depuis trois ans de silence, j'avais débité de grandes phrases sur le pourquoi du comment c'était vraiment chouette d'avoir pensé à moi. Mais, il y avait un hic, je devais partir en Amérique car tout était là-bas, pour minimum un an. Et ma famille ne pouvait pas venir, car trop nombreuses et donc, ne pouvait pas être prise en charge. Je voyais mes parents dirent non et monsieur Bishop accepter leur décision. Je ne pouvais pas regarder ma seule opportunité d'être physiquement normale s'envoler sans rien faire. Alors j'avais ouvert la bouche et j'avais tout déballé. Je leur avais dit que c'était égoïste, qu'ils pouvaient penser à moi dans tout ça de temps en temps. Je leur avais dit que c'était comme avec la décision de me séparer avec Sergey, ils ne pensaient pas à moi, mais aux autres. Je leur avais dit qu'à cause d'eux je n'étais pas autonome, que je ne vivais pas, que je n'avais pas d'ami, que je n'avais pas d'existence. Qu'à cause d'eux, je pensais a la mort comme l'unique façon d'être heureux. Mes mots avaient fait très mal. Mais seul la vérité pouvait faire autant mal. Parce que je ne disais que la pure vérité. On m'oubliait bien trop souvent dans l'équation. Et mes parents avaient compris l'enjeu de la situation. S'ils refusaient, je me suiciderais. Alors ils avaient accepté. Et j'étais partit avec monsieur Bishop qui devenait comme un oncle pour moi.

À la structure, j'avais été un peu perdu à cause de la barrière de la langue. Mais, il ne m'avait pas fallu bien longtemps pour apprendre l'anglais. On m'avait fait passer des tests d'aptitudes intellectuelles dans le but de pouvoir aller a l'école. Et c'était là que les adultes avaient découvert que j'étais un génie. Andrew Bishop m'avait inscrit dans un parcours spécial, payant de sa poche. Apparemment, j'étais son chouchou d'office. Enfin, c'était parce qu'il était lui-même un génie et qu'il souhaitait ma réussite. Tout changeait pour moi ! Car, une fois ma jambe et mon bout de bras de créer, j'avais eu toute une rééducation. On m'apprenait à accepter mon handicap, à utiliser mes prothèses, à être autonome. C'était de la pure liberté. Je vivais enfin ! Et je m'étais fais plein d'amis, des qui participaient aux tests et d'autres avec qui je suivais des cours. J'assumais aussi pleinement mon homosexualité.

La première année s'était écoulé, mais je ne voulais pas rentrer, revenant en Russie seulement lors des périodes de fêtes. J'étais bien mieux avec Andrew à débattre sur plein de sujets, à jouer a des jeux avec mes amis, à tester la musique en galérant.

Et les années s'écoulaient petit à petit. Vers mes quinze ans, j'avais obtenu deux doctorats. Un en science et un en psychologique clinique. Aimant vraiment apprendre et ne pouvant pas rentrer dans la vie active puisque je n'étais pas adulte, j'avais décidé de continuer mon parcours spécial en visant le doctorat de philosophie.

Et il y avait deux ans, ma vie avait pris un nouveau tournant, autre que mon nouveau doctorat. Les nouveaux développements de prothèses. Et j'avais été le premier implanter. On m'avait ouvert le crâne pour y implanter une puce. Une puce qui me permettait de contrôler par la pensée mon bout de bras et ma jambe bionique, eux-même implanter ainsi que détachable. Au début, j'avais eu besoin de plusieurs mois de travail pour apprendre a contrôler mes prothèses. De plus, ce n'était pas très esthétique puisque je pouvais ressembler a un robot pas terminé. Mais un an après, de la peau synthétique avait été rajouté. Et je ressemblais à monsieur tout le monde. Et ça c'était magnifique ! Surtout que je pouvais jouer des instruments de musique sans le moindre problème. Bon excepté le fait que je sonnais aux détecteurs de métaux et que je devais montrer en détachant mon bout de bras et ma jambe que c'était bien des prothèses. Un moment où les gens qui m'accusaient de mentir étaient super gêner au finale.

Récemment, je m'étais pris d'envie pour la France, apprenant cette nouvelle langue avec rapidité. Sous les encouragements de mon oncle de coeur, j'avais fini par posé mes valises a Paris. Bien évidement j'avais sonné pour prendre l'avion en Amérique. Et j'avais de nouveau sonner sur le seuil français. Enfin bref, après avoir des papiers en règles, je m'étais mit à chercher un boulot dans la psychiatrie. Malheureusement, tous les hôpitaux me refusaient parce que j'étais trop jeune. C'était comme ça que j'étais tombé a Nice, plus précisément dans le centre vivre qui recherchait des psychologues. Et j'étais passé comme une lettre a la poste qui sonne au détecteur de métaux.



Souffre-t-il d'une maladie, si oui, depuis quand ? Ce n'est pas vraiment des maladies, mais plutôt des phobies. J'en possède trois. La plus importante est ma téléphonophobie, c'est la peur de répondre au téléphone d'où pourquoi je ne réponds jamais quand on m’appelle au téléphone. Je suis acrophobe, j'ai peur des hauteurs, monter sur une chaise passe limite. Je suis aracnophobe, les araignées me font vraiment peur, je fuis à l'opposé et je peux rentrer en état de panique. Pour terminer, je suis musophobe, j'ai peur des rats et des souris. Alors, oui, c'est étrange, un psy qui a plein de phobie !

A-t-il déjà été opéré(e), et si oui, de quoi ? Ma première opération remonte a quand j'avais trois ans. On m'a séparé de mon siamois en me décrochant de sa jambe gauche. Ma deuxième opération remonte a deux ans. On m'a implanté une puce dans le cerveau, ainsi qu'un implant au coude gauche ainsi que là où je suis censé avoir une jambe gauche.

Prend-il un traitement, si oui, lequel ? Je prends des médicaments anti-stress, surtout quand je suis en proie a une de mes phobies.


Allergies, piercings, tatouages ? aucun

Fume-t-il, boit-il, drogues ? occasionnellement,  sauf drogues.




Mes parents sont des personnes très courageuses pour nous avoir tous garder. Je ne suis pas rancunier, je n'arrive pas à leur en vouloir pour m'oublier dans l'équation de la vie.

Andrew Bishop est un chercheur/inventeur de prothèses relativement connu sur le seuil américain. Il est celui qui m'a permis de vivre en m'apportant des prothèses et en faisant passer par un parcours spécial à cause de ma façon d'apprendre. Je le considère comme mon oncle et lui me présente comme étant son neveu.

Dans ma fratrie, on possède tous un comportement différent. Et même si on est né en même temps, nous ne possédons pas la même tête.

- Misha est la première a être née et elle le montre dès que possible. Elle me prenait toujours pour un attardé. Son ambition : être flic.

- Leonty, le deuxième. C'est une vraie brute, le genre a foncé dans le tas sans réfléchir. Il a eu plein de problème a l'école pour bagarre. Il me tapait dessus pour, soi-disant, m'endurcir. Son ambition : être boxeur professionnel.

- Avgousta, la troisième. Elle est très superficielle. Elle avait peur de moi à cause de mon handicap. Son ambition : être mannequin.

- Dusha, la quatrième. C'est le garçon manqué de la famille. Elle est lesbienne et l'accepte depuis que j'ai eu une discussion avec elle sur le sujet. C'est passé facilement dans la famille. Mais ses tatouages clandestins ont eu une autre réaction, plus négative. Son ambition : être tatoueuse.

- Boleslav, le cinquième, enfin la cinquième. Elle a fait son coming-out très jeune, vers sept ans. C'est une femme assignée homme a la naissance. C'est passé doucement dans la famille, mais cela a fini par être accepté par tout le monde. Elle suit une transition. On s'entend moyennement. Son ambition : être professeur de sport.

- Olovian, le sixième. Il est spécial, mais dans le mauvais sens. Il a été incarcéré pour pédophilie avec attouchements et viol sur plusieurs petits garçons. Je l'ai toujours trouvé bizarre surtout quand il voulait tout le temps prendre le bain avec moi et plus précisément me laver.

- Nikita, la septième. Elle pense technologie a longueur de journée. C'est elle qui m'a posé le plus de question sur le fonctionnement de mes prothèses bioniques. Son ambition : travailler dans la robotique.

- Favsta, la huitième. C'est une grande fan de foot. Elle bouge tout le temps et peut faire beaucoup de chose avec un ballon. Son ambition : être footballeuse professionnelle.

- Gema, la neuvième. C'est une grande fouineuse, peu importe si c'est légal ou non. On ne s'aime pas trop. Son ambition : être journaliste.

- Petronia, la dixième. Une tronche et un comportement de shooter. Elle est ce que l'on appelle une fille de cité. Elle me rabaissait quand j'étais en fauteuil roulant et maintenant elle me prend pour un robot. Son ambition : aucune de connu.

- Sergey, le onzième. Il est vraiment égoïste et il pense être le centre du monde. Il me frappait tout le temps quand nous étions collé l'un a l'autre, il me considérait comme un boulet, c'est d'ailleurs toujours le cas. Son ambition : être chanteur.

Je suis considéré comme étant plus grand que la moyenne et mon poids est assez léger surtout sans mes prothèses. Mes cheveux châtains sont mi-long, des fois coiffé, des fois en pétard. Mes yeux sont marron foncé. Ma voix a l'accent typiquement russe. Je n'ai pas beaucoup de muscle puisque je suis plus intellectuel que sportif.

Je possède des prothèses bioniques possédant une peau synthétique que je commande par pensée grâce à une puce implantée dans mon cerveau. L'avancement de la science fait bien des miracles ! Ma main gauche jusqu'à mon coude est donc robotisé ainsi que toute ma jambe gauche. Mes deux prothèses sont détachables, puisque seul mes implants restent, ces derniers ressemblent a des circuits/fils. Je sonne systématiquement aux détecteurs de métaux. Je ne crain pas l'eau.

En travaillant au centre, je souhaite aider les adolescents a tiré un trait sur leurs parents et familles aux comportements négatifs sur eux. J'espère pouvoir les aider du mieux possible, réglant leurs problèmes, leur faisant accepter l'inévitable et les faisant avancer. Je peux utiliser les instruments de musique pour les plus réservés dans le but qu'ils extériorisent leurs émotions.


Bonjour à tous ! Mon nom est chaton, mais on me connait plutôt sous le nom de tigrons. J'ai 18 ans et je fais du RP depuis environ 5 ans. Je viens de quelque part en France et j'ai connu le forum par Google et je le trouve intéressant. Je serai présent de temps en temps  car après tout, on a tous une vie! NE POSSÈDE PAS un double compte. Et enfin, le mot caché dans le règlement est OK. Vu par Rivaul Corsas.
Revenir en haut Aller en bas
Julie Le Nan

Ado en Difficulté
avatar


Interventions : 2880
Coté coeur : Rien pour le moment

::::: RÉSIDENT :::::
Chambre: F5
Trouble:
Référent/Psychologue :

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 10:08

Bienvenue au centre.
Belle présentation et bonne continuation
Revenir en haut Aller en bas
Stanislas Markov

Psychologue
avatar


Interventions : 9
Coté coeur : célibataire qui recherche un homme

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 10:44

Merci miss ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Rivaul Corsas

Crazy Admin - Directeur
avatar


Interventions : 26103
Coté coeur : Jihanne, ma nouvelle étoile

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 18:41

Bonjour Stan et bienvenue à toi ^^.

Jolie présentation plutôt originale, il faut l'avouer. Je l'ai trouvée intéressante en tout cas :).
Je t'avoue avoir été un peu ennuyé au début parce que normalement, pour être psychologue il faut avoir au moins 25 ans. Cependant, en lisant ton histoire, le décalage s'explique, du coup ça passe bien. Quelle famille en tout cas !
Mais bref ! La présentation est bonne donc tout est en ordre pour moi.

Je te souhaites officiellement la bienvenue et je te laisse faire un sujet dans le bureau du directeur pour ton entretien d'embauche (à condition de passer le détecteur de métaux à l'entrée XD). Après, tu peux faire des sujets avec qui et où tu veux. Je réponds dès que possible en ce qui me concerne :)

A très vite.

_________________



Invité, je te souhaite une grande aventure sur le forum. Merci de ta présence !
Revenir en haut Aller en bas
Stanislas Markov

Psychologue
avatar


Interventions : 9
Coté coeur : célibataire qui recherche un homme

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 18:47

Tant mieux que tout roule ! Merci ^^

Où est le détecteur de métaux ? x) A l'entré du centre ou a l'entré du bureau ? :p

Revenir en haut Aller en bas
Rivaul Corsas

Crazy Admin - Directeur
avatar


Interventions : 26103
Coté coeur : Jihanne, ma nouvelle étoile

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 18:48

Du centre bien sûr XD Mais disons que notre gentil agent de sécurité va te laisser passer grâce à ta superbe convocation ^^

_________________



Invité, je te souhaite une grande aventure sur le forum. Merci de ta présence !
Revenir en haut Aller en bas
Stanislas Markov

Psychologue
avatar


Interventions : 9
Coté coeur : célibataire qui recherche un homme

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 18:55

Oh qu'il est gentil lui ! *ouf, pas besoin de faire un streap-tease d'enlevage de membre pour passer*
Revenir en haut Aller en bas
Julie Le Nan

Ado en Difficulté
avatar


Interventions : 2880
Coté coeur : Rien pour le moment

::::: RÉSIDENT :::::
Chambre: F5
Trouble:
Référent/Psychologue :

MessageSujet: Re: Stanislas Markov    Mar 26 Sep 2017 - 18:58

Félicitation pour ta validation !!
Bon rp avec le directeur (enfin si tu y survies Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Stanislas Markov    

Revenir en haut Aller en bas
 

Stanislas Markov

Stanislas Markov
Stanislas Markov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
gn="top">

 Sujets similaires

Sujets similaires
-
» Signature de contrat - Andrei Markov
» Such a bad day... [pv. Stanislas]
» Swann Stanislas [Téminé ?] || Validée
» Markov floué?
» Markov blessé de 3 à 4 mois !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIVRE ::  :: Présentations :: Présentations Validées-